La première histoire de tata : le petit pépin

Mes chères lectrices, voici la rédaction de ma première histoire pour enfants.histoire enfants le pépin

Je compte sur votre indulgence et sur vos commentaires pour m’aider à m’améliorer.

Voici donc en avant première l’histoire du petit pépin.

Voici le lien audio pour celles qui n’ont pas envie de lire :

Un jeune fermier et une jeune fermière entretenaient des prés pour nourrir des vaches, des cochons, des moutons, des poules et même deux chevaux.

Un jour qu’ils mangeaient une pomme, ils se dirent que ce serait bien d’avoir un verger à côté de leur potager.

Le fermier jeta les pépins et cria en riant : « que si dieu le voulait, ici il y aurait des pommiers !!! »

Le couple oublia l’histoire jusqu’à ce qu’une brindille pointe le bout de son nez en dehors de la terre.

Malheureusement, pour la jeune pousse, elle n’arrivait pas au bon moment et surtout pas la bonne année. En effet, les fermiers n’avaient vraiment pas le temps d’en prendre soin.

Vous pensez, c’est l’année où ils ont marié une cousine proche. En plus, la grand-mère est morte malgré tous leurs efforts pour la soigner durant des mois. Pour couronner le tout, ils s’étaient occupés d’acheter leur premier tracteur!!! Et tant d’autres choses qui firent qu’ils n’avaient pas eu le temps de protéger ce tout bébé pommier du chien qui lui faisait pipi dessus et des moutons qui grignotaient ses premières feuilles.

Le petit pépin devenu brindille était en colère contre le fermier et la fermière à cause de leur manque de soin, il était aussi en colère contre ce vilain chien et ses méchants moutons !

Pourtant, le pépin devenu brindille, même s’il était en colère, continua tant bien que mal à grandir et devint, comme la nature l’avait prédestiné un pommier.

Ses premières pommes furent véreuses et n’ont pu nourrir que les cochons qui sont bien connus pour ne pas être trop difficiles !!!…

L’année suivante, elles étaient trop acides. Elles ont servi à faire la goutte !

L’année d’après, elles pourrissaient sur l’arbre ! Même les cochons n’ont pas pu en profiter !

Et comme ça, pendant plusieurs années encore …

 

Le pommier se posait beaucoup de question et il se disait que si le fermier et la fermière l’avaient protégé du chien et des moutons, c’est sûr qu’il ferait de belles et bonnes pommes !!!

Lorsqu’il discutait avec ses voisins les plus proches (qui ne faisaient soit dit en passant pas de meilleurs fruits que lui !, ce qui était vraiment rassurant !!!), ils se plaignaient collégialement du soleil qui brulait les fruits, de la pluie qui tombait tantôt trop abondamment et qui faisait pourrir les fruits ou tantôt trop peu abondamment ce qui empêchait les fruits de se gorger d’eau et de se remplir. Ils se plaignaient aussi de la terre : trop pauvre, trop froide, trop molle ou trop sèche pour enfoncer des racines !!

Oh oui, le petit pommier était bien en colère aussi contre le soleil, la pluie et la terre.

Plusieurs années passèrent encore.

Le pommier rêvait de plus en plus souvent au fait d’avoir de jolies pommes, avec de belles couleurs, d’un parfum subtil et d’un goût exquis comme ceux des pommiers qu’il voyait un peu plus loin. Et dont, contre qui, vous vous doutez bien il était en colère puisqu’ils avaient pris le meilleur endroit!!!

Le pommier rêvait de plus en plus à ses belles pommes et il observait aussi de plus en plus ces beaux pommiers qui réussissaient toujours à faire de beaux fruits quel que soit le temps.

En plus, il en avait marre d’entendre ses voisins se plaindre, il en avait raz le bol de leur colère et il en avait par dessus tout plus qu’assez de sa propre colère et de ses propres jérémiades.

Il fallait qu’il fasse quelque chose pour se sortir de là… et vite sinon il allait mourir de sa colère toxique !

Il décida donc de rentrer en contact avec les pommiers qui faisaient de succulents fruits.

 

Il se rendit compte auprès d’eux, qu’ils ne se plaignaient jamais. Ils ne se posaient pas de questions hormis celle-ci : comment puis-je améliorer mes fruits et en faire profiter le maximum de monde ?

Est-ce qu’ils étaient en colère contre le soleil ? Pensez donc, c’est lui qui fait mûrir leurs pommes et qui leur donne une couleur aussi attrayante pour les yeux.

En colère contre la pluie ? Pas du tout puisque c’est elle qui donne à leurs pommes une peau bien tendue pour que les gens aient envie de les croquer !!!

Et puis, lorsqu’il y a trop de soleil ou trop de pluie, les pommiers grandioses savent se servir de leur feuilles comme d’un parapluie ou d’une ombrelle pour protéger leurs fruits.

Non seulement, ils n’étaient pas en colère mais leur ingrédient secret était l’amour et la gratitude qu’ils leur portaient.

Depuis cette révélation, le petit pommier, petit à petit, un peu plus chaque jour s’est mis à aimer le soleil, la pluie et la terre et ne s’est plus souvenu qu’il était en colère contre le fermier, la fermière, le chien et les moutons.

Il a appris à se concentrer sur son seul objectif plutôt que de râler et de se lamenter avec ses voisins proches. Et, comme par magie, ses pommes sont devenues de plus en plus belles, de plus en plus juteuses et de plus en plus abondantes.

D’ailleurs, on raconte qu’aujourd’hui, il donne tellement de pommes qu’il peut nourrir plusieurs villages à lui tout seul. Et qu’en plus, ses pommes apportent la chance, l’amour et la prospérité à ceux qui les dégustent !

3 commentaires sur “La première histoire de tata : le petit pépin

  1. Coline: « Merci, belle histoire! »
    Sarah: « C’était très joli, encore plus la prochaine fois que je viens en vacances! »
    Alice:  » Très belle histoire avec une jolie morale… Vivement la prochaine! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *